Projets/Manifestations

REGARDS SUR LA VILLE

3ème mouvement : Les entrées de ville - Présentation

LA DEMARCHE

Au terme des deux premiers mouvements de son action « Regards sur la ville » la Maison de l’Architecture a largement atteint les objectifs qu’elle s’était fixés : provoquer le débat, comparer les points de vue, multiplier les échanges, faire parler les citoyens, et proposer au public des visions différentes de l’espace public urbain.

Le premier mouvement à permis de produire une œuvre riche de toutes les sensibilités des artistes intervenants, œuvre à la fois disparate et cohérente, sans affirmation, sans démonstration, mais avec un parti pris visuel fort, un parti pris citoyen, un parti pris caribéen.

Le deuxième mouvement à « secoué » les mémoires, les sensibilités, les histoires autant des citoyens, des artistes intervenant que des politiques sollicités et invités à participer.
La question du devenir des espaces délaissés, espaces intermédiaires de la ville a été posé avec douceur et a retenti avec violence. Cette question a réveillé les mémoires et le vécu des gens, a questionné jusqu’aux décisions politiques.

Le résultat de cette action a été au delà même des espérances de la Maison de l’architecture : «ne pas laisser disparaître les lieux abandonnés sans que la question des leur devenir soit posée clairement et publiquement ».
Le site de DARBOUSSIER va accueillir le futur mémorial de l’esclavage, le « Mémorial Act ».

Forte de ces expériences très riches, complexes, et porteuses de questionnements, la Maison de l’Architecture souhaite cette année porter sa réflexion et son action sur les entrées de villes.

LE CONSTAT

Les entrées de ville sont constitutives du tissu urbain, elles sont le lien entre centres anciens et périphéries. Elles sont, en effet, une vitrine sur la ville ancienne ; la qualité de leur traitement architectural, urbain et paysager annonce celle des cœurs d’agglomération.

Après plusieurs décennies de développement urbain, mené dans l’urgence et la précipitation, bien des villes réalisent aujourd’hui les nombreux dysfonctionnements résultant de cette pratique d’urbanisation.
Beaucoup d’entre elles sont à la recherche de leur identité.
Les entrées de ville, portes d’accès à la cité, portent bien des espoirs pour les élus de voir leur commune se différencier de leur voisine, de marquer (démarquer, remarquer) leur territoire - souvent au détriment de la cohérence et de la continuité urbaine intercommunale -.
Qui plus est, les grandes enseignes commerciales se sont appropriées ces espaces tampons où les communes ont parfois immolé la qualité architecturale et urbaine sur l’autel de la taxe professionnelle.

Etudier la complexité de ces espaces majeurs de la ville, ne pas les limiter aux seuls lieux d’accès routiers, élargir la réflexion sur tous les espaces publics permettant d’entrer au contact de la ville, que ce soit :
- par la route (rocade, porte, gare routière...)
- par l’eau (port maritime, port fluvial, base nautique, pont....)
- par le ciel (aéroport, aérogare, héliport...).

Chacune de ces voies constitue une clé de lecture différente des entrées de ville.

L’ACTION

La Maison de l’Architecture souhaite cette année élargir son action à l’ensemble du territoire guadeloupéen en sollicitant l’ensemble des villes de Guadeloupe.

Le but étant de questionner les villes, les bourgs, les communautés urbaines, sur leurs limites, leur frontière, leur entrée, « où est-on dans la ville », « où sort-on de la ville », « qu’est la ville », «où est la ville ».
Leur demander, au travers de plusieurs actions de définir l’entrée, les entrées, une de leurs entrées principales. Les inciter à réfléchir sur la qualité de cet espace public urbain trop souvent délaissé, dégradé, abandonné à l’anarchie de développement commercial.

Cette question sera posée à plusieurs niveaux de la vie de la ville : aux élus, aux habitants, aux enfants des écoles, aux associations actives dans la vie sociale de la ville.

Les résultats de ces questionnements seront analysés, comparés, mis en perspective, puis l’entrée sera matérialisée et mise en scène par des intervenants artistes ou intellectuels, «penseurs ».

Un lien sera tissé entre les entrées de toutes les villes partenaires et réunies dans un lieu symbolique, « lieu convergeant, entrée d’île », pour restituer aux guadeloupéens la vision multipliée de leurs villes, l’image rassemblée de leur île, la complexité, l’unité et la variété de leur espace urbain.

Les dates étapes de l’action de l’année seront :

Octobre 2007 : OUVERTURE DE LA RÉFLEXION

Afin d’enrichir sa réflexion sur les entrées de ville et ses actions de l’année, la Maison de l’architecture a sollicité plusieurs architectes, urbanistes, paysagistes, et aménageurs, pour un échange de réflexions, de pensées, de théories et de questions.
Le but est de restituer à tous ces réflexions afin de poser et d’exposer clairement les bases de la problématique de l’année.

19 Avril 2008: LA JOURNÉE DE L’ARCHITECTURE : FORUM DE PRÉSENTATION

En collaboration avec le Conseil Régional de l’Ordre des Architectes, la Maison de l’architecture pour son Forum officiel de lancement de son action organise une grande journée de l’architecture.
Les villes partenaires ont été identifiées, les artistes intervenants ont été choisis, la problématique est posée, le choix du « lieu convergent » est en finalisation, la maison de l’architecture présente à tous, la démarche et la réflexion de l’année.
Les réflexions exposées en octobre seront développées. Le débat sera lancé. Cette journée riche se terminera par l’inauguration de l’exposition : «l’architecture, la ville, le citoyen»

27-28-29 juin 2008: «VIVRE LES VILLES»

La Maison de l’architecture, en partenariat avec les villes, organisera des visites de bâtiments structurant des entrées de ville, ainsi qu’une exposition des premiers travaux des intervenants. Cette exposition se tiendra à la Maison du Patrimoine de Basse Terre.

Septembre 2008 - Avril 2009 : «ENQUETE DANS LES VILLES»

Etape intermédiaire de notre réflexion, la Maison de l’architecture en partenariat avec les médias (France Antilles et RFO) lance une grande enquête sur les entrées de ville dans les villes partenaires. (Sainte-Rose, Gosier, Pointe à Pitre, Lamentin, Morne à l'Eau, Baie-Mahault, Basse-Terre, Les Abymes). De septembre 2008 à avril 2009, chaque fin de mois, France-Antilles édite un focus sur une commune et RFO prend d'assaut durant toute une journée la commune en diffusant en direct toutes ses émissions de 5h00 à 18h00. La parole est donnée principalement aux habitants. (voir les rendez-vous presse en page actualité)

Juin 2009

En juin 2009, la Maison de l'Architecture invite les guadeloupéens à entrer dans la ville à travers la réalisation de son film documentaire de 52 minutes.

« Le film est un road-movie guadeloupéen questionnant notre usage de la ville… Que peut être une ville caribéenne ? Comment l’identifier ? Comment en parler ? A travers l’expérience et la sensibilité d’auteurs et d’artistes aussi différents que Laurent Farrugia le philosophe, Raymonde Pater-Torin la chorégraphe, Sanmyel le plasticien, Isabelle Kancel la comédienne et metteur en scène, Karine Gabon la plasticienne, Emmanuel Briand le paysagiste, Nicolas Rey le sociologue, Nicolas Teboul l’urbaniste, Antoine Nabajoth le peintre et Simone Schwatz-Bart l’écrivain, c’est une écriture à plusieurs voix, à plusieurs tons …
La ville selon l’artiste, selon l’usager, selon l’exclu, selon l’homme politique, selon la République, selon l’usage détourné, selon l’expert, selon la marchande de pistaches, selon l’architecte, selon les chauffeurs de bus, selon les poètes du quotidien, selon les musiciens du dimanche, selon les premières communiantes, selon les adjoints au maire…
A travers les soubresauts que nous impose notre histoire particulière, comment comprendre, comment décoder les liens subtils et complexes qui lient les Caribéens aux villes qu’ils construisent… » Jean-François Manicom, réalisateur.

Nous programmons une semaine de l’architecture autour du 15 juin 2009 avec une projection en avant-première du film au Rex, une soirée diffusion du film suivi d’un débat dans les jardins de RFO et un colloque interprofessionnel à l’échelle caribéenne sur la façon d’habiter la ville aujourd’hui.

 

Maison de l'Architecture, 9 rue de la liberté, 97122 BAIE-MAHAULT, GUADELOUPE Facebook MAG    Contact