Projets/Manifestations

REGARDS SUR LA VILLE

1er mouvement : Les espaces publics

LES BUTS

Le but de l’action n’est pas de faire une étude exhaustive ou architecturale des espaces publics urbains, mais au contraire de restituer aux utilisateurs et aux créateurs de ces espaces publics une vue, une analyse, une critique sensible différente : celle d’artistes et de penseurs.

Pour cela la maison de l’architecture a fait appel à un groupe d’intervenants : artistes et penseurs, auquel elle a demandé de réfléchir sur le thème « vivre la place publique » autour de trois exemples particulièrement significatifs :
- la place de la Victoire à Pointe à Pitre
- la place des martyres de la Liberté à Pointe à Pitre
- la place de la Mairie au Moule.

Puis elle leur a demandé de restituer une analyse, un ressenti, une « photographie sensible » et d’exprimer un désir du lieu.

Le résultat de ces analyses et réflexions devant être diffusé le plus largement possible aux usagers, aux professionnels, aux décideurs …

Un des autres buts de l’action est de développer les échanges entre tous : entre les professionnels, les décideurs, les usagers, les apprentis usagers, les artistes, les penseurs ….. et d’initier un travail pluridisciplinaire autour d’une réflexion commune.

LES TRAVAUX ET LES MANIFESTATIONS

Les contacts et le choix des intervenants

La liste de spécialités parmi lesquelles nous désirions choisir nos partenaires intervenants était la suivante :
- Les plasticiens
- Les chorégraphes
- Les photographes
- Les comédiens
- Les musiciens ou techniciens du son
- Les cinéastes
- Les poètes
- Un artiste caribéen extérieur à la Guadeloupe
- Les architectes
- Les sociologues
- Les anthropologues
- Les philosophes
- Les historiens
- Les associations de quartiers
- Les scolaires

Le choix proposé par le chef de projet et validé par le bureau de la Maison de l’architecture s’est porté sur :
- Chantal NOVELLI, Armelle CARON et Pierre CHADRU en tant que plasticiens ;
- Daniel MARAGNES en tant que philosophe ;
- Jan-Luk STANISLAS en tant que réalisateur ;
- Daniel GOUDROUFFE en tant que photographe ;
- Pablo MARAGNES en tant que psychosociologue ;
- EXXOS en tant que musicien et ingénieur du son ;
pour la qualité de leur travail et la pertinence de leur réflexion.

Ont également été pressentis mais n’ont pu répondre favorablement à notre demande pour des questions de planning, nous privant ainsi des apports du mouvement et de l’harmonie du corps dans l’espace et de la poésie :
- Lena BLOU en tant que chorégraphe et danseuse
- Max JEANNE en tant que poète.

La question de la participation d’un architecte au groupe d’intervenants a fait l’objet d’un long débat.
Cet architecte devait réunir les qualités suivantes : une grande disponibilité, des aptitudes pour une réflexion urbaine, une représentativité, une capacité d’ouverture lui permettant de travailler avec le monde artistique.
Plusieurs architectes ont été pressentis et démarchés mais ils n’ont pu répondre favorablement à notre demande, essentiellement pour un problème de disponibilité.
La question s’est également posée de la nécessité de cette présence.
Et il est apparu que le choix d’intervenants à la réflexion vierge de culture et de langage architecturaux était l’option la plus intéressante. C’est celle qui a été adoptée par la Maison de l’architecture. Ce n’est qu’à la demande du groupe des intervenants qui sollicitait des précisions techniques qu’un architecte a finalement collaboré. Il a été convenu que Périne HUGUET, architecte, secrétaire de la Maison de l’architecture, co-rédactrice du projet « regards sur la Ville » participerait aux réunions du groupe afin d’apporter certaines réponses architecturales aux questions qui seraient posées par les intervenants, soutenir la logistique du chef de projet, et éventuellement, mais ce n’était pas une priorité, apporter sa contribution au travail du groupe.

Les associations de citoyens de quartiers ont été contactées autant à Pointe-à-Pitre qu’au Moule par l’intermédiaire de la médiathèque, mais ces contacts n’ont pu aboutir à une collaboration au travail de l’année.

Le travail avec les scolaires

Dés le début de l’année nous avons pris contact avec la DAAC et le Rectorat afin de formaliser une collaboration dans le cadre de notre projet.
Nous avons également envoyé de nombreux dossiers et demandes de collaborations aux établissements qui auraient pu être intéressé par notre action : le lycée Carnot, le LEP du Moule…
Le service éducatif, outil de notre collaboration avec la DAAC, n’a pu être finalisé dans de bonnes conditions nous avons néanmoins mené quelques actions pédagogiques envers les scolaires :

• EXXOS est intervenu au Lycée professionnel CARNOT dans une classe de 1ére. Il a amené les élèves sur la place de la Victoire, leur a fait part de sa propre émotion, son propre ressenti et a tenté de leur faire exprimer les leurs.

• Chantal NOVELLI : plasticienne mais également professeur d’Art plastique au lycée de Ste ANNE , a travaillé tout au long de l’année avec une classe de seconde sur le thème de la ville et de l’espace public. Ils ont à ce titre participé aux journées d’atelier du Moule et assisté aux conférences de Mr BANGOU sur Pointe à Pitre et de Mr CARRER sur Fort de France.

• Armelle CARON a choisi de travailler avec une classe de CM2 de l’école Morne ZIZI à Sainte ROSE avec l’aide de Mme YOUYOUTTE.
Pendant toute une journée les élèves ont manipulé les pièces d’un puzzle géant reproduction exacte d’un plan de Pointe à Pitre. Ils ont pu ainsi créer des plans de villes imaginaires et toucher du doigt les possibles, les limites et les contraintes de l’aménagement d’une ville.
Ce travail avec les élèves a été enregistré et fait partie du film .

• Enfin, la revue PANORAM’A est distribuée dans tous les collèges et lycées de Guadeloupe et à l’UAG.

 

Maison de l'Architecture, 9 rue de la liberté, 97122 BAIE-MAHAULT, GUADELOUPE Facebook MAG    Contact